Vers une stratégie multimodale pour la métropole lilloise et le coeur de l'ancien bassin minier

Afin de poursuivre les récentes réflexions menées sur les thématiques de la logistique et du report modal vers la voie d’eau et le fer, l’Agence d’Urbanisme de l’Artois a co-piloté avec l’Agence de Développement et d’Urbanisme de Lille Métropole, une étude réalisée par la Chaire d’Economie urbaine de l’ESSEC sur les enjeux stratégiques de la logistique de demain à l’échelle du territoire régional et plus spécifiquement du territoire d’intervention de nos deux agences. L’objectif de cette étude est de fournir des clés de compréhension des chaînes et enjeux logistiques du point de vue d’un échantillon diversifié d’acteurs économiques et institutionnels, dans les Hauts-de-France. Il s’agit aussi de comprendre les freins et blocages au report modal vers les modes massifiés dans ces territoires. Cette démarche vise à identifier les leviers stratégiques pour sortir d’une dynamique de logistique subie et pour aller vers un positionnement choisi, cohérent et créateur de valeur pour les territoires de la Métropole de Lille et du Pôle Métropolitain de l’Artois.

Partage:


plus d'infos

Les sols, en plus de leurs multiples fonctions (fonction d’infiltration
/ stockage d’eau, fonction de support végétal, élément central dans l’aménagement d’un territoire …) sont des puits de carbone majeurs, ils peuvent en stocker 2 à 3 fois plus que l’atmosphère.

Le baromètre économique est une publication de l’Agence d’Urbanisme de l’Artois, qui parait chaque trimestre pour suivre au plus près les dynamiques de l’économie territoriale à l’échelle du Pôle Métropolitain de l’Artois, et des Zones d’emploi de Béthune et de Lens.

Le baromètre économique est une publication de l’Agence d’Urbanisme de l’Artois, qui parait chaque trimestre pour suivre au plus près les dynamiques de l’économie territoriale à l’échelle du Pôle Métropolitain de l’Artois, et des Zones d’emploi de Béthune et de Lens.

Qualité et quantité de l’eau sont indissociables. Ainsi, pour faire suite à la publication sur la qualité de l’eau, la question de la disponibilité de cette ressource vitale sur le territoire du PMA se pose. Qu’en est-il ?