RESSOURCE EAU - Etat des nappes d'hier et usages d'aujourd'hui et de demain?

L’été est fini mais la question de l’eau est encore sur toutes les lèvres. Cet été, le Pas-de-Calais s’en sort sans qu’aucune mesure de restriction particulière n’ait été prise même si le niveau de vigilance indiquait que l’état de la ressource pouvait s’aggraver en l’absence de pluie. Nos acolytes nordistes, avec qui la question de l’inter solidarité

territoriale se pose étroitement, ont, quant à eux, été concernés par des niveaux de restriction plus importants. Qui plus est, tachons de ne pas oublier que l’été 2022 a été extrêmement sec, du jamais vu depuis les années 40, avec 33 jours de vagues de chaleur et une sécheresse qui s’est prolongée jusqu’à l’hiver. Pour apporter une réponse à la gestion de crise des sécheresses mais aussi aux enjeux de sobriété des usages, de disponibilité et de la qualité de la ressource, un « plan eau » gouvernemental a été annoncé fin mars dernier. Cette publication vise ainsi à vous présenter ce plan, et à faire le point sur le niveau des nappes et nos consommations en eau d’aujourd’hui et de demain.

Partage:


plus d'infos

Les sols, en plus de leurs multiples fonctions (fonction d’infiltration
/ stockage d’eau, fonction de support végétal, élément central dans l’aménagement d’un territoire …) sont des puits de carbone majeurs, ils peuvent en stocker 2 à 3 fois plus que l’atmosphère.

Le baromètre économique est une publication de l’Agence d’Urbanisme de l’Artois, qui parait chaque trimestre pour suivre au plus près les dynamiques de l’économie territoriale à l’échelle du Pôle Métropolitain de l’Artois, et des Zones d’emploi de Béthune et de Lens.

Le baromètre économique est une publication de l’Agence d’Urbanisme de l’Artois, qui parait chaque trimestre pour suivre au plus près les dynamiques de l’économie territoriale à l’échelle du Pôle Métropolitain de l’Artois, et des Zones d’emploi de Béthune et de Lens.

Qualité et quantité de l’eau sont indissociables. Ainsi, pour faire suite à la publication sur la qualité de l’eau, la question de la disponibilité de cette ressource vitale sur le territoire du PMA se pose. Qu’en est-il ?