La surchauffe urbaine sur le territoire, une réalité !

Souvenez-vous, il y a un peu plus d’un an maintenant, nous vous sensibilisions au phénomène d’Ilot de Chaleur Urbain (ICU), et aux enjeux associés, après un été marqué par un épisode caniculaire d’une sévérité jamais égalée ces 50 dernières années (source : « ça chauffe en ville! Phénomène ICU (Ilot de Chaleur Urbain) », AULA, janvier 2021). Aujourd’hui, nous revenons sur ce phénomène car malgré l’absence d’épisodes caniculaires et d’arrêtés de sécheresse en 2021 (seule année en 5 ans qui n’a pas été touchée), le territoire n’en est pas moins concerné du fait de son contexte multipolaire et d’openfield. Et on ne peut nier que l’été 2022 a été particulièrement chaud! D’ailleurs, il est surnommé l’été de la fin des insouciances. Ainsi, nous vous proposons de découvrir, tout au long de cette publication, les premiers résultats d’une étude de surchauffe urbaine que nous avons menée sur le territoire couvert par l’Agence. Deux autres publications suivront et détailleront les points chauds et frais localisés sur le territoire. Si vous voulez en savoir plus, et bien c’est parti !

Partage:


plus d'infos

Les sols, en plus de leurs multiples fonctions (fonction d’infiltration
/ stockage d’eau, fonction de support végétal, élément central dans l’aménagement d’un territoire …) sont des puits de carbone majeurs, ils peuvent en stocker 2 à 3 fois plus que l’atmosphère.

Le baromètre économique est une publication de l’Agence d’Urbanisme de l’Artois, qui parait chaque trimestre pour suivre au plus près les dynamiques de l’économie territoriale à l’échelle du Pôle Métropolitain de l’Artois, et des Zones d’emploi de Béthune et de Lens.

Le baromètre économique est une publication de l’Agence d’Urbanisme de l’Artois, qui parait chaque trimestre pour suivre au plus près les dynamiques de l’économie territoriale à l’échelle du Pôle Métropolitain de l’Artois, et des Zones d’emploi de Béthune et de Lens.

Qualité et quantité de l’eau sont indissociables. Ainsi, pour faire suite à la publication sur la qualité de l’eau, la question de la disponibilité de cette ressource vitale sur le territoire du PMA se pose. Qu’en est-il ?