Indicateurs environnementaux

Thème

  • Consommation d’eau

  • Captages et périmètres de protection

  • Qualité des cours d’eau

  • Stations d’épuration

  • Niveau des nappes d’eau souterraines

  • Observatoire de l’eau

  • Exposition des populations aux risques météosensibles

  • Emission de Gaz à Effet de Serre

Ressource eau

Consommation d'eau

* Les données qui suivent ne sont pas toujours exhaustives. En effet, parfois elles sont indisponibles ou ne prennent en compte que certaines communes par territoire.

Prélèvements : Volumes et usages

Sur le territoire les prélèvements d’eau sont majoritairement souterrains.

Ces prélèvements d’eau souterraine sont essentiellement à destination d’usages domestiques.

Zoom sur les prélèvements d’eau souterraine par EPCI

Le territoire de la CALL enregistre une baisse des volumes prélevés à usage économique entre 1982 et 2019, et une certaine stabilisation depuis 2016. Pour ce qui est des usages domestiques, les prélèvements sont à la baisse après une hausse qui atteint son culminant en 2001. Les volumes d’eau prélevés restent aujourd’hui tout de même plus importants qu’en 1982. Les prélèvements pour usage agricole, quant à eux, augmentent régulièrement et de manière continue, certainement pour sécuriser la production.

Le territoire de la CABBALR enregistre une baisse des volumes prélevés à usage économique, après de nombreux pics. Cette baisse peut s’expliquer par la fermeture de certains sites. Cependant, il est important de rester vigilant face à cette tendance qui peut repartir à la hausse compte-tenu des ambitions industrielles du territoire (valable pour la CALL également). Pour ce qui est des usages domestiques, les prélèvements sont également à la baisse, mais restent plus élevés qu’en 1982. Les prélèvements pour usage agricole, quant à eux, augmentent régulièrement et de manière continue, certainement pour sécuriser la production. Le pic observé en 1993 peut s’expliquer par le fait que cette année-là, l’hiver a été, pour la 4e année consécutive, anormalement sec et n’a pas été compensé par les pluies printanières.

Le territoire des 7 Vallées enregistrent une baisse conséquente des prélèvements à usage économique depuis 1982. Pour ce qui est des prélèvements à usage domestique, ils ont augmenté régulièrement et doucement entre 1982 et 2019. Les prélèvements à usages agricoles, quant à eux, fluctuent mais sont globalement à la hausse.

Sur le territoire du Ternois, les prélèvements liés à des usages domestiques ont drastiquement baissés entre 1982 et 2019. Les prélèvements pour les usages économiques ont également diminué mais ont tendance à réaugmenter depuis 2007. Les prélèvements agricoles, quant à eux, ne cessent d’augmenter.

Ressource eau

Observatoire de l’eau

  • Pour en savoir plus sur la qualité et la quantité d’eau du territoire du PMA et sur les actions à mener pour réconcilier eau et urbanisme, rendez-vous dans la partie « Publications » de notre Observatoire de l’Environnement :
  • Pour s’inspirer des ouvrages de gestion durable et intégrée des eaux pluviales en environnement urbain de la Région, rendez-vous par ici (cliquer sur l’image):

Ressource eau

Niveau des nappes d’eau souterraines

L’état quantitatif d’une masse d’eau souterraine, quant à lui, est considéré comme bon, lorsque sur un minimum de 10 ans, les prélèvements n’excèdent pas la capacité de renouvellement de la ressource disponible.

Mais attention à ne pas confondre hauteur des nappes d’eau souterraines et disponibilité de celles-ci, puisque c’est l’évolution de la hauteur d’eau sur plusieurs années qui donne une indication de la disponibilité de la masse d’eau (cf. publication « Ressource eau : Quantité et pressions sur le Pôle Métropolitain de l’Artois », AULA 2021).

Ressource eau

Stations d’épuration

La capacité et la conformité des stations d’épuration définissent le traitement des eaux usées et donc la bonne qualité du rejet dans le milieu naturel.

Le Ministère de la Transition Ecologique a créé une carte interactive, en accès libre (http://assainissement.developpement-durable.gouv.fr/), permettant de connaitre pour chaque station, sa capacité, son niveau de charge actuel, la destination des eaux traitées et des boues …

Cliquer sur la carte ci-dessus pour arriver directement sur l’espace interactif

Sur le territoire, les stations d’épuration (STEP) se répartissent comme suit :

Ressource eau

Qualité des cours d’eau

La qualité des cours d’eau est évaluée suivant son état écologique, état qui correspond à l’appréciation de la structure et du fonctionnement des écosystèmes aquatiques associés aux eaux de surface. Son évaluation repose, elle-même, sur les éléments suivants :

  • Les éléments de qualité biologique (structure des communautés végétales, invertébrés et piscicoles),
  • Les éléments de qualité physico-chimique (concentration en nutriments, température, acidité, saturation en oxygène …),
  • Les polluants chimiques (métaux et substances de synthèse).

Ressource eau

Captages et périmètres de protection

Plusieurs périmètres visent à protéger la ressource eau :

  • L’Aire d’Alimentation de Captage (AAC) qui correspond à une zone de surface sur laquelle l’eau qui s’infiltre ou ruisselle alimente un captage. L’objectif est d’accentuer la lutte contre les pollutions diffuses au sein de son périmètre.

Le territoire couvert par l’Agence est concerné par 4 AAC : AAC d’Airon-St-Vaast, AAC d’Aire-sur-la-Lys, AAC de Lens-Liévin, et AAC de Salomé.

  • Les captages d’eau potable et leurs périmètres de protection qui sont déclinés comme suit :

Périmètre de Protection Immédiat (PPI) : en cas d’acquisition, la collectivité peut clore ce périmètre et y interdire toutes activités (sauf directement lié à l’eau potable).

Périmètre de Protection Rapproché (PPR) : interdiction ou réglementation des activités / dépôts / installations pouvant nuire à la qualité des eaux.

Périmètre de Protection Eloigné (PPE) : réglementation des activités / dépôts / installations afin de garantir la pérennité de la ressource.

Risques anthropiques et technologiques

Sites et sols pollués

Nombre et type de sites et sols pollués

Le territoire abrite de nombreux sites et sols pollués ou potentiellement pollués qui sont catégorisés comme suit :

  • Les sites BASOL correspondent aux sites dont la pollution est avérée.
  • Les sites BASIAS comprennent plus largement les sites potentiellement pollués.
  • Les Secteurs d’Information sur les Sols (SIS) recensent les terrains où l’Etat a connaissance d’une pollution des sols justifiant, notamment en cas de changement d’usage, la réalisation d’études de sols et de mesures de gestion de la pollution pour préserver la sécurité, la santé ou la salubrité publique. Cet inventaire est en cours donc non complet.

Climat

Exposition des populations aux risques météosensibles

Population et risques météo sensibles

Un indicateur « d’exposition des populations aux risques météo-sensibles » par EPCI est disponible sur le site de l’observatoire des Hauts-de-France. Cet indicateur présente le nombre de communes concernées par niveau d’exposition. L’exposition résulte entre le nombre de risques naturels susceptibles d’être aggravés par les changements climatiques et la densité de population des communes. Les niveaux d’exposition portent sur l’année 2016 et sont classés par classe.

Cliquer sur chaque diagramme pour l’agrandir

Qualité de l’air

Emission de Gaz à Effet de Serre

Le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) répertorie une quarantaine de Gaz à Effet de Serre (GES). Une partie de ces GES et d’origine naturelle et permet de maintenir une température moyenne de la Terre à 15°C au lieu de -20°C. Cependant, aujourd’hui, un effet de serre additionnel est visible et est lié aux activités humaines. Ces GES supplémentaires amplifient le pouvoir de réchauffement global.

Répartition des émissions de GES par secteur

Les secteurs les plus émetteurs par EPCI en 2018 sont :

  • L’industrie (hors branche énergie) sur la CABBALR,
  • Le résidentiel sur la CALL,
  • L’agriculture sur le Ternois et les 7 Vallées.

Cliquer sur chaque diagramme pour l’agrandir

Evolution des émissions de GES par EPCI

De 2008 à 2018, les secteurs les plus émetteurs par EPCI sont :

  • L’industrie (hors branche énergie) sur la CABBALR,
  • L’industrie (hors branche énergie) en 2008 / 2010 / 2015 et le résidentiel en 2012 / 2018 sur la CALL,
  • L’agriculture sur le Ternois et les 7 Vallées.